Shiatsu d’urgence au Porto-Rico

NILSA HEBERART : SHIATSU D’URGENCE A PORTO-RICO

COUNTRY

Puerto-Rico

z

LANGUE

English

Spanish

CHEF DE MISSION

Ramón García

contact

Email
+1 787-206-2628

En souvenir de Ramon Garcia

Par Nilsa Eberhart

Je m’appelle Nilsa Eberhart, praticienne de shiatsu. Mon travail volontaire dans le sud-ouest de Puerto-Rico ne faisait pas partie d’une organisation qui offrait des thérapies ou des cours pendant de longues périodes dans un endroit isolé. C’était le résultat d’un besoin spontané d’aider nos frères et sœurs désespérés qui avaient un profond besoin de secours. C’est ce que je vais vous raconter maintenant.

Tremblement de terre

Lundi 6 janvier 2020 : Un séisme de magnitude 5,8 est enregistré au large du sud-ouest de Porto Rico.

Mardi 7 janvier 2020 à 4:23:58 am : Ma chatte m’a réveillé car elle a sauté de mon lit et a couru effrayée quelque part.

Mardi 7 janvier 2020 à 4:24 am : La terre a tremblé. Une secousse d’une magnitude de 6,4 sur l’échelle de Richter a été mesurée à nouveau sur le littoral au sud-ouest de Porto Rico.

Mon lit tremblait et mon cœur aussi. À moitié endormi, je suis allé me placer sous un cadre de porte, le générateur s’est déclenché, puis la secousse s’est arrêtée. Vingt secondes qui ont duré une éternité. J’ai couru dans la rue où tous mes voisins étaient sortis en pijama ou avec ce qu’ils portaient, effrayés et confus. Se rendormir me semblait impensable, car j’étais effrayée par les aftershoks. Toutes ces questions tournaient dans nos esprits, où était l’épicentre, y a-t-il des dommages, des victimes ? Nous étions loin de savoir ce qui se passait réellement.

Le grand tremblement de terre de mardi, le plus fort d’une série de secousses qui a commencé fin décembre, a frappé à 4 h 24 du matin à 8 km au sud-ouest de Tallaboa, sur la côte sud-ouest de Porto Rico, selon l’Institut géologique des États-Unis. Une alerte au tsunami émise par les autorités locales a été rapidement annulée, mais a tout de même suscité de nombreuses inquiétudes.

Les photos de l’après-coup ont commencé à inonder les médias sociaux. L’impact sur le sud-ouest de l’île avait été cataclysmique. Je vis au nord, à San Juan, la capitale de Porto Rico. Ce que nous avons ressenti n’était qu’une fraction de ce que les gens ont vécu dans le sud-ouest. Dans ma région, nous avons eu la chance de n’être privés d’électricité que pendant cinq jours environ. Le gouverneur a déclaré l’état d’urgence et a activé la garde nationale. Plus de 750 personnes ont fui leur domicile et 300 000 personnes ont été privées d’électricité et d’eau.

Samedi 11 janvier 2020 Un autre séisme de magnitude 5,9 est enregistré au large du sud-ouest de Porto Rico. Des centaines de répliques insessantes continuent de maintenir la population dans une anxiété paralysante.

Tout à coup, je me retrouve dans un groupe Whatsapp appelé « Terapeutas Unidos », thérapeutes unis. Ce groupe a été fondé par mon très bon ami, collègue et étudiant en shiatsu, Ramón García, que je souhaite honorer en écrivant ces lignes. Il est le véritable héros ici, son amour et son sens du dévouement désintéressé pour aider les autres seront toujours mon inspiration. Il est décédé dans son sommeil le 13 avril 2020 à l’âge de Mon cœur se serre et les larmes me montent aux yeux en revivant cette expérience.

Mobilisation

Pour des raisons de sécurité, toutes les rues et autoroutes du sud-ouest ont été bloquées par la Garde nationale jusqu’à ce que la situation soit sous contrôle. Des milliers de personnes sont sans abri, sans électricité et sans eau. Environ 8 460 réfugiés ont été recensés dans douze installations. Les gens campent sur des parkings, des espaces verts sur les autoroutes, devant leur maison avec leur voiture remplie d’affaires, partout où ils peuvent être loin des structures élevées.

La méfiance de la population après la mauvaise réponse des autorités lors de l’ouragan Maria trois ans auparavant, a déclenché la mobilisation la plus massive d’aide du peuple pour le peuple jamais vue. Des caravanes de centaines de voitures de toutes tailles transportant toutes sortes de fournitures, de l’eau, des vêtements, de la nourriture, des matelas, des accessoires pour les bébés et les personnes âgées, tout ce que vous voulez, les gens ont débordé pour essayer d’aider leurs compatriotes désespérés.

Mon groupe se trouvait dans l’une de ces caravanes. Dans le chat, tout le monde signalait les endroits où l’on avait besoin d’aide et se divisait en groupes chaque jour pour organiser l’endroit où ils pouvaient aller avec les fournitures spécifiques et le soutien à offrir. Il y avait des thérapeutes de différentes disciplines, des travailleurs du corps et de l’énergie dont l’objectif principal était de soulager les réfugiés et de leur apporter la paix. Il y avait de nombreux autres groupes de médecins, de naturopathes, d’infirmières, d’avocats, d’étudiants, tous désireux d’aider. Un site web a été créé pour se référer et trouver où se trouvait exactement ce dont on avait besoin, de cette façon on pouvait contrôler l’excès d’un manque de fournitures dans une zone. Voici quelques-unes de mes expériences.

Le Shiatsu en première ligne

Peñuelas

Nous nous retrouvions à 5h30 du matin dans différents parkings de centres commerciaux sur le chemin du sud. C’était environ trois heures de route avec toutes les caravanes et les blocages dus aux glissements de terrain. Ramón avait sa petite voiture pleine à craquer de plats cuisinés, de fournitures et de sa table de massage. Il n’avait pas besoin de caravane et partait seul trois ou quatre fois par semaine dans les campagnes et les montagnes où personne ne se rendait, pour apporter de l’eau, des dons, des thérapies, des câlins et son grand sourire.

Une vingtaine de thérapeutes avaient accepté de se rendre ce dimanche à 5h30 du matin. La nuit précédente, je me suis retrouvé à essayer de trouver une excuse pour ne pas partir vers le sud. Je me sentais saturé de tous les fatalistes, qui dans leur désir d’être extra précautionneux et prudents généraient trop de peur.

Je me suis débarrassé de ces pensées et j’ai décidé d’y aller. En pensant à la formation que j’avais suivie il y a plus de dix ans avec Diego Sanchez sur le shiatsu dans les situations d’urgence, je me suis dit : « Nilsa, tu peux le faire, c’est le moment d’utiliser ces connaissances ». Je ne savais pas du tout dans quoi je m’engageais.

En arrivant au lieu de rendez-vous, il y avait déjà des dizaines de voitures de différents groupes chargées de fournitures et d’une énergie contagieuse. Tous étaient animés d’un grand désir d’aider de quelque manière que ce soit. Quelle bénédiction de pouvoir faire partie de tout cela, ai-je pensé. Tous mes doutes de la nuit précédente s’étaient envolés. Sur l’autoroute en direction du sud, le nombre de camions, de pick-ups et de voitures de toutes tailles remplis de fournitures était impressionnant. Les Puertorricains ont un cœur énorme et quand l’un d’entre eux souffre, tout le monde répond, montrant que seule l’union fait la force.

Nous sommes finalement arrivés à Peñuelas, au camp de réfugiés de l’ancienne piste d’athlétisme, où se trouvent plus de 300 personnes évacuées.

Il n’y a pas de mots pour décrire l’organisation au sein de ce chaos. Des centaines de bénévoles, la Garde nationale, des entreprises de nourriture et de boissons, même des bénévoles de groupes religieux et un groupe du Venezuela pour Porto Rico étaient là, faisant de leur mieux pour essayer de maintenir la logistique. Des centaines de lits de camp entassés sous des tentes géantes, comme dans un camp d’été. Des familles, des personnes âgées, des personnes alitées, en fauteuil roulant, des enfants qui courent et jouent. Des musiciens jouant, d’autres donnant des Bibles pour les débarrasser des mauvaises pensées, des coiffeurs et des prothésistes ongulaires, des clowns, des médecins, etc. Des véhicules arrivaient sans arrêt pour télécharger des fournitures, et des dizaines de personnes les recevaient, les triaient et les rangeaient. Tout le monde pouvait aller prendre ce dont il avait besoin.

Dans un endroit entre les énormes tentes de l’armée, nous avons installé nos deux auvents et une bâche pour faire une extension. Notre groupe comprenait quelques professeurs de yoga et environ 12 thérapeutes travaillant sur des tables et des chaises. Petit à petit, des personnes de tous âges ont commencé à s’approcher de nous. Ils ont partagé leurs histoires et ventilé leurs chagrins. Certains avaient tout perdu, mais ils étaient tous vivants. D’autres ont dû évacuer leur maison en raison du danger structurel élevé ou parce qu’ils vivaient très près de l’eau. D’autres étaient là pour passer la nuit. Ils nous ont serrés dans leurs bras pendant des minutes interminables et nous ont donné tant de bénédictions pour avoir été là. C’est inexprimable.

Comment retenir ses larmes ? Pas possible… pas besoin.

Au camp, on ressentait la moindre secousse, et elles étaient constantes. Une vieille mamie m’a dit « quand ce vent bizarre vient et qu’il pleut, alors ça tremble », et c’est ce qui s’est passé. Ce dimanche-là, il a plu pour la première fois depuis des semaines et beaucoup ont couru chercher des bâches pour protéger leur espace et le peu de choses qu’ils avaient.

Je donnais des séances de shiatsu sur ma table de massage, et j’ai vraiment pris le temps d’interroger chaque personne qui venait me voir, de les laisser me raconter leur histoire. Un père de cinq enfants a eu le temps de sortir en courant de sa maison avant que le deuxième étage ne s’effondre. Il n’avait pas fermé un œil depuis une semaine. Après la séance, il a dormi pendant plus d’une heure. Il s’est réveillé et m’a remercié tant de fois qu’il a pu dormir un certain temps et a eu l’impression que j’avais effacé ses peurs… inestimable. J’ai travaillé sur une jeune femme enceinte qui avait été évacuée avec son mari de leur immeuble, et qui avait peur pour son bébé à cause de toute l’anxiété qu’elle ressentait. Puis une grand-mère de 85 ans qui vivait près de l’eau et qui ne pouvait pas fermer les mains. Des adolescents, des petits enfants, des volontaires, tous avec des histoires qui vous brisent le cœur. J’ai remarqué qu’un enseignant d’une école voisine me regardait travailler et m’a demandé ce que je faisais. Je lui ai expliqué le Zen Shiatsu, il avait un gros point d’interrogation sur le visage, il n’avait jamais vu quelqu’un travailler comme moi auparavant.

Les soldats nous ont apporté des chaises pour ceux qui faisaient la queue pour être traités et j’ai entendu un jeune homme demander à l’une des thérapeutes à mon sujet…  » mais elle travaille différemment, comme si elle faisait d’autres choses « , elle a répondu  » ouais, elle travaille différemment « , c’était quelque chose de très mignon à entendre entre tous les désespoirs. A un moment donné, un journaliste voulait interviewer certains d’entre nous, alors Yakeem Carrión, propriétaire de l’école de massage Artes Místicas, a pris le micro, tout à coup il s’est tourné vers moi et m’a demandé très fort, « Nilsa, quel est le nom de notre groupe ? », j’ai ouvert les yeux et j’ai craché la première chose qui m’est venue à l’esprit « Manos sin Fronteras », Mains sans Frontières. Il l’a répété au journaliste, puis est revenu vers moi en ricanant et en me remerciant d’avoir sauvé l’interview. J’ai immédiatement écrit à l’autre administrateur du chat sur Whatsapp pour lui demander de changer le nom, ce qu’il a fait immédiatement. C’est ainsi que le nom du groupe est né.

Nous avons travaillé, fait des câlins, pleuré, écouté, parlé et partagé notre amour pendant quelques heures. Vers 16 heures, fatigués physiquement et émotionnellement, mais inlassablement reconnaissants, nous avons commencé à faire nos bagages, à fermer et à descendre, c’est alors que beaucoup ont décidé de faire une thérapie de dernière minute, certains d’entre nous ont décidé de rester un peu plus longtemps. Le retour nous attendait sur un long chemin avec beaucoup de trafic.

Sur le chemin de San Juan et en discutant avec mon collègue, nous avons réalisé que nous avions l’impression de venir d’une autre dimension, où nous étions totalement déconnectés de tout. Rien d’autre n’était plus important que de pouvoir apporter la paix et l’expansion à nos compatriotes.

Yauco

Le week-end suivant, nous nous sommes retrouvés à 5h30 du matin au centre commercial de Montehiedra pour repartir vers le sud-ouest. Nous avions deux camionnettes, ce qui nous permettait de placer les fournitures dans l’une et nos tables et matériels dans l’autre. Cette fois, nous avons décidé de nous rendre au camp de réfugiés du stade municipal de Yauco.

À notre grande surprise, nous avons trouvé les gens qui campaient sur le parking et presque personne dans le stade. Nous avons donc ouvert nos tentes et disposé les tables et les chaises de massage en plein milieu des abris.

Les gens ont commencé à venir beaucoup plus vite cette fois-ci. Certains d’entre nous sont allés à l’intérieur du stade pour dire aux gens que nous proposions des thérapies, le contrôle était extrême et se déplacer librement était très contrôlé. Pas étonnant que les gens aient décidé de rester dehors. Pourtant, il y avait beaucoup de personnes âgées allongées sur des lits dans les immenses tentes.

Les abris sur le parking étaient des tentes personnelles. Les gens essayaient d’organiser leurs quelques affaires comme ils le pouvaient. Certains sont allés à la cuisine commune, d’autres avaient des barbecues pour cuisiner. J’ai travaillé sur quelques personnes qui dormaient dans leur voiture depuis trois ou quatre semaines. Ils refusaient de rentrer chez eux par peur des secousses. Ceux qui pouvaient aller travailler y sont allés et sont revenus au camp le soir.

Cette fois, nous étions huit. Yakeem Carrión avait sa guitare et il a joué et chanté avec certains des enfants. Cela a fait naître des sourires dans leurs yeux. Ramón avait sa table et sa chaise de massage et gravitait entre les deux sans arrêt. Il avait apporté du café et de la nourriture pour nous tous. Santosh, qui a étudié un an avec Ohashi, me regardait travailler et m’a dit :  » je n’ai pas la patience que tu as pour faire du shiatsu, pour laisser les choses monter vers toi, je suis plutôt un mécanicien des tissus profonds « . Cette fois-ci, nous avions Vivien Sanchez, qui est coach de vie et Maître reiki, elle a fait un excellent travail en parlant à ceux qui avaient besoin d’être entendus. Il y avait aussi un massothérapeute fraîchement diplômé qui était très reconnaissant et submergé par tous les hommes et femmes qu’il avait l’honneur de traiter.

 

Yauco à nouveau

Environ trois semaines s’étaient écoulées et je suis retournée au stade municipal de Yauco avec Yakeem Carrión et Karla Durán, une professeur de yoga qui voulait travailler avec les enfants. Cette fois-ci, c’était différent, nous nous sommes retrouvés à travailler davantage avec les volontaires, les soldats et les agents de la police fédérale, car la plupart des réfugiés n’étaient plus là : ils étaient rentrés chez eux, ceux qui le pouvaient, ou dans des maisons temporaires, avaient déménagé avec des membres de leur famille ou avaient quitté le pays.

Les volontaires étaient épuisés, vidés, souffraient d’insomnie, d’anxiété, de peur, de chagrin à des niveaux qu’ils pouvaient difficilement gérer. Le premier que j’ai traité était un officier de la police fédérale dont le dos le faisait souffrir. Puis un soldat qui était très triste que les enfants qui couraient après lui tout le temps en posant toutes sortes de questions, soient partis. Un des volontaires souffrant d’un mélange d’anxiété et de dépression qui ne pouvait pas dormir du tout. Il y a tellement de cas similaires après ceux-là.

Yakeem faisait sa part, étant également un professeur de yoga de longue date, il pouvait créer cette bulle de sérénité autour de ceux qu’il traitait, étonnant à voir. Karla jouait et peignait avec les quelques enfants restants.

Il y avait cette pétillante petite fille de douze ans qui venait tout le temps me demander quand c’était son tour, elle restait très proche et me fixait, observant attentivement chacun de mes mouvements pendant que je travaillais sur les gens. Elle voulait que je la soigne. J’étais sur le point de rencontrer un grand professeur dans cette jeune fille. Soudain, elle était sur ma table, me demandant tout ce que je faisais. Je lui ai demandé de parler de son expérience et elle a commencé à s’exprimer progressivement. Elle a dit… « Personne ne nous demande, à nous les enfants, ce que nous ressentons ou ce que nous pensons, et nous avons beaucoup de choses à dire, les adultes veulent juste nous protéger et nous garder en sécurité. Nous devons être capables de parler comme les grandes personnes. Je vois mes nouveaux amis ici, comment ils ont peur, la poitrine pleine, mais ne savent pas comment le dire, alors je leur dis de respirer profondément et de souffler dans les nuages. Alors ils se sentent mieux à l’intérieur ». Ce sage Maître de douze ans m’a frappé très fort. Je l’ai laissée parler autant qu’elle voulait. Puis Yakeem est venu me voir et m’a dit : « J’ai besoin de ton aide sur ce sujet ». Wow, il m’a demandé de l’aide, ce n’était pas rien. Sur sa table se trouvait cet homme d’une cinquantaine d’années, en surpoids, aux jambes violettes et enflées, que j’avais déjà vu essayer de marcher avec son déambulateur. Il avait tout perdu, sa maison et ses biens. Allongé sur la table, il s’est mis à pleurer, il n’avait pas pu pleurer depuis le tremblement de terre. C’est à ce moment-là que j’ai craqué, que j’ai dû arrêter de travailler sur ses jambes et que je suis partie pleurer aussi fort que je le pouvais, Yakeem était là pour moi. J’avais aussi besoin de me défouler. Après un certain temps, la poitrine ouverte, je suis revenu et j’ai terminé mon travail, c’est ce que je pouvais lui offrir.

Il y a eu de longs moments de silence sur le chemin du retour, nous avions besoin de traiter, d’absorber, d’intégrer toutes les leçons et les expériences. Cette troisième visite m’a secoué d’une manière très différente des deux premières et j’en suis exceptionnellement reconnaissant.

Le pouvoir du shiatsu va bien au-delà de la conscience, il touche les filaments mêmes de l’existence.

La façon dont il peut redémarrer le système, en particulier ceux qui sont en mode de survie, m’a laissé humblement sans voix. La vie m’a donné l’occasion d’exprimer et d’honorer mon art dans l’essence pure de ce que signifie « être au service ». Pas d’esprit, juste le cœur.

 

C’est ma façon de vivre.

Bien à vous

Nilsa Eberhart
*** Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) ***